Vous êtes ici : BUFRCultureSaison culturelle en cours

[Exposition] Venise d'autrefois

du 19 janvier 2021 au 25 juin 2021

Du 19 janvier au 25 juin 2021
BU Versailles
45 avenue des Etats-Unis
78000 Versailles

Photographies de Serge Bassenko (1927-2013) qui a passionnément aimé Venise et qui a passé vingt ans à la photographier.

Loin des sentiers battus, Serge Bassenko nous fait pénétrer dans l'intimité de Venise : ruelles tranquilles, petits canaux cachés que l'on ne peut voir qu'en barque, lagune solitaire et sauvage où vivaient une poignée de pêcheurs, balades nocturnes éclairées de tendres et mystérieux réverbères.

Il a dit de son œuvre : « J'ai cherché à photographier l'âme de Venise. »

« Je me sentais chez moi à Venise : pour moi, cela a toujours été une promenade, tranquille et sereine, seulement une promenade. J'aimais à dire : "Allons à Venise faire quelques pas". Le jour, j'errais dans les petites rues et les canaux intimes, à pied ou avec ma barque. La nuit, je me promenais en paix à la lumière mystérieuse et douce des vieux lampadaires. Je pouvais rester une après-midi entière sur la rive à regarder l'eau sous le pont, et à parler de choses et d'autres en laissant s'écouler le temps disponible ; les photographies venaient en plus, si elles venaient. Elles sont venues. »

Les photographies datent des années 1970-1990, avant les travaux de rénovation qui ont changé l'atmosphère de la ville, et montrent la Venise chère au cœur des Vénitiens. C'est une Venise que le public ne connaît quasiment pas et qu'il ne pourra plus retrouver.

L'exposition-photos donne une idée de l'audacieuse aventure photographique de Serge Bassenko.
La mise en scène de l'exposition est réalisée par son assistante et amie Eléonore Mongiat.

Informations complémentaires

«Je ne suis pas un photographe (ni un écrivain ni quoi que ce soit d'autre) : je suis un homme, Venise et la campagne m'ont plu, j'ai pris des photos-souvenirs pour que les gens puissent savoir comment était la vie à ce moment-là. Je n'essaie pas de faire de belles photos ; j'aime la vie, et la vie n'est ni belle ni laide, elle est vivante, elle n'a ni règles ni modèles».
Propos de Serge Bassenko